Semi – Marathon de la côte des Vikings

J’avais repéré le Semi de la côte des Vikings il y a quelques mois déjà, quand j’étais à la recherche d’un semi-marathon roulant et pas trop loin de Paris. Bon, « loin » est assez vague comme mot…mais 3h30 de routes me semblait jouable. La particularité de ce semi marathon: Il a lieu un samedi après-midi! L’avantage: On peut faire la grasse mat ce qui m’arrange bien vu que je ne dors jamais très bien les nuits avant une course. Le parcours a bonne réputation: On part de la pointe du cotentin, du Phare Gatteville pour relier ensuite Saint Vaast la Hougue, tout en traversant de jolies villages (Barfleur!) et en admirant la mer. Adjugé vendu!

vikingI
Arrivée la veille dans la région, je sens déjà qu’il fait un peu trop chaud pour moi… mais je suis de bonne humeur. Mon objectif est clairement de faire mieux que mon record personnel de 1h39:30 et c’est à ca que je pense quand je monte dans la navette qui nous emmène de Saint Vaast au Phare de Gatteville. Je dois dire que l’organisation est top pour un petit semi, on peut garder son sac jusqu’à la dernière minute avant la course et le recuperer à la fin grâce à une navette spéciale. L’ambiance est conviviale, les bénévoles adorables. Bémol: Des gobelets d’eau aux ravitox, ce n’est pas super pratique je trouve, mais ce qui est top: Chaque km est bien indiquée – il s’agit d’une course labellisée FFA et ca se sent.

viking4Puis c’est parti! Première nouveauté pour moi: Ne pas pouvoir courir le premier km. Pourquoi? Parce que la route est serré, il y a trop de monde et je réalise que tous ceux qui avaient un chrono en tête se sont bien mis devant. Puis, je comprends tout de suite qu’un semi en ville et un semi en bord de mer, c’est pas tout à fait pareil…Non seulement c’est beaucoup plus beau, mais punaise, il y a du vent! Et de face s’il vous plait! Je reste cépendant de bonne humeur et arrive – au bout d’un premier km à 5′ au kilo au lieu de 4,40 – à trouver des bonnes sensations. Par contre, je pars trop vite et cela fait bizarre de dire mais je n’arrive pas à ralentir. Je voulais rester à 4,40 pendant 5km et pourtant, le deuxième km passe en 4,37, le 3ème en 4,35 et le 4ème 4,32 pour revenir à 4,36 au 5ème.  Je me sens super bien, j’admire la vue sur mer quand soudainement je réalise…qu’il fait chaud. Il y a pas une brin d’ombre, nous courons en plein soleil et durant les prochains 3km, cela va commencer à me déranger sérieusement. Le vent n’est plus de face mais vient de la droite et je ne sais pas trop dire si cela me pousse ou me freine. Je lâche le maillot du club dès le premier ravito pour courir en brassière, mais cela ne suffira pas. S’arroser avec des gobelets d’eau à chaque ravio non plus. Je suis clairement en difficulté et ceci avant même d’arriver au 12ème km et mon allure chute spectaculairement. Le km 15 est le pire, je souffre vraiment, j’ai chaud, chaud, chaud et mets 5’21 pour le boucler. Jamais dans ma (courte) vie de coureuse, j’ai couru aussi lentement, et ceci malgré une sérieuse préparation.  Moi qui adore le soleil, là je me sens vraiment piégée, je sens que mes muscles ne fonctionnent plus de la même manière, mon rythme cardiaque est trop élevée. Bref:  J’oublie mon objectif initial et me fixe un nouveau objectif, bien plus humble: Finir la course sans marcher, et bronzer un peu. ^^

Au bout du 18ème km, je récupère au moins un peu le moral, mais je suis agacé par un des derniers kilomètres qui passent sur de la pelouse (une sorte de dune?). Je n’a jamais couru sur de la pelouse et je n’aime pas trop. Faut faire avec, on serre les dents et on arrive enfin sur le port de Saint Vaast. Pas de médailles mais un T-Shirt qu’on a recuperé avant la course – malheureusement que des tailles pour homme, même le S est bien trpo grand pour moi, mais la couleur est sympa – jaune fluo.

viking2 Je ne suis bien évidemment pas satisfaite de mon résultat et un peu frustrée car cela fait maintenant des mois (!!!) que j’essaye d’atteindre mon nouveau objectif et pour des X raisons je n’y arrive pas. Pourtant, à l’entrainement tout se passait au top, les allures spécifiques (objectif 1h37:30) passaient facilement…. Quelques minutes plus tard, mon coach me rassure: « Ne cherche pas, c’est la chaleur! ».   Le retour vers Paris le soir même est d’ailleurs difficile, j’ai des nausées, la tête qui tourne, et j’ai toujours très chaud.  J’essaye de positiver en me disant que c’était une bonne expérience et que j’ai réussi à garder le moral au lieu de déprimer quand je réalisais que, une fois de plus, ce ne sera pas la course du nouveau record personnel. La prochaine fois? ^^

5 thoughts on “Semi – Marathon de la côte des Vikings

  1. Pingback: Recit Ultra Trai du vercors 2016 | Once, in Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *